Signalisation d’information locale
09/11/2016
J’ai un pays à visiter…
15/11/2016
Voir tout

Mon pays. Dublin Chastanier.

Tout là haut dans les jolies Cévennes

Il est un coin de paradis perdu.

Loin des cités et des immenses plaines,

Il faut l’aimer quand on y a vécu.

Ce cher hameau au milieu des montagnes,

Tel un joyau aux reflets caressants,

N’appartient pas au pays de cocagne,

Mais sa fière nature est un enchantement.

Dans ses vieilles demeures abimées par le temps,

Nos ancêtres ont vécu au rythme de la terre.

Ils y sont nés, ils y sont morts, en laissant aux vivants,

L’héritage heureux de braves gens austères.

Sous un ciel tourmenté où courent les nuages,

Ecrasé par les cimes d’où partent les torrents,

C’est une admiration devant ce paysage,

En été, en hiver, en automne, au printemps.

A la morte saison, lorsque la bise siffle,

Lorsque les flocons blancs tourbillonnent dans l’air,

Le bruit si familier montant des précipices,

Fait penser aux beaux jours qui succèdent à l’hiver.

Alors vient le printemps sur cette terre ingrate,

Timide en son début, il brille au fil des jours,

Les bourgeons endormis, comme des grains, éclatent,

Et à cet instant même, la vie reprend son cours.

D‘abord c’est le coucou qui chante dès l’aurore,

Suivi du rossignol qui préfère la nuit,

Enfin c’est le plain-chant de nos amis sonores,

Qui s’en donnent à cœur joie sous le soleil qui luit.

Les jours passent ainsi, sous un ciel de lumière

En attendant l’automne et sa parure d’or,

Nous aurons tout le temps de contempler Orcières,

Ce cher petit hameau caché dans son décor.

Dublin Chastanier (1923-2012) (Frère de Jeannette Mathiou).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *