Ode à Sablières
01/12/2016
Bonne nouvelle!
03/01/2017
Voir tout

Chenilles processionnaires

Comme vous l’avez probablement remarqué cette année, sur une grande partie de la commune de Sablières, de nombreux nids de chenilles processionnaires sont visibles sur les pins . Ces chenilles sont surtout connues pour leur caractère extrêmement urticant, et leur son mode de déplacement en file indienne. Leurs poils urticants microscopiques en forme de harpon  provoquent des réactions cutanées importantes, boutons, démangeaisons, lésions oculaires ou respiratoires et peuvent être très dangereuses pour les animaux domestiques.

Cycle de vie

La chenille processionnaire du pin est la larve d’un papillon de nuit qui éclôt durant l’été de mi-juin à fin août.th-4

La femelle papillon recherche un pin pour y pondre ses oeufs. Elle les dépose par paquets de 150 à 300 sur les rameaux ou les aiguilles de pin. Ces papillons nocturnes (gris avec des motifs noirs et des taches blanchâtres) ne vivent généralement pas plus d’une nuit.

Les jeunes chenilles tissent des pré-nid (qui peuvent passer inaperçus) où elles passent la journée et commencent à manger le limbe des aiguilles de pin. Une touffe d’aiguilles qui jaunit en est la principale manifestation. Le développement larvaire complet dure entre 4 et 8 mois. Un mois à un mois et demi après la ponte, soit de fin juillet à fin septembre, les jeunes chenilles éclosent.

Le développement larvaire complet dure entre 4 et 8 mois et s’effectue en 5 stades successifs, reconnaissables à la taille et à la couleur des chenilles. Elles confectionnent dès les premiers froids leur nid définitif, volumineux et blanc, exposé au soleil et protégé des vents dominants, pour y passer l’hiver.

th-7Elles vivent en colonies de plusieurs centaines de chenilles. Dès que la zone autour de leur abri n’offre plus assez de nourriture, les chenilles émigrent plus haut dans l’arbre et reforment un nouveau nid.

Elle en sortent la nuit pour s’alimenter, se déplaçant en « procession » suivant un fil de soie qui leur permet de rentrer au nid. La cohésion de la file en déplacement est assurée par le contact de la tête d’une chenille avec les poils de l’abdomen de celle qui la précède.

Au printemps, (selon les conditions locales, en fait de fin Janvier à Avril) les chenilles quittent l’arbre en procession conduite par une femelle, pour aller s’enfouir dans le sol à quelques centimètres sous terre (5 à 20 cm) dans un endroit bien ensoleillé. Les processions peuvent se déplacer jusqu’à 40 m. Une fois enfouies, elles tissent un cocon individuel où la transformation en chrysalide a lieu. Le développement s’interrompt alors, pour reprendre un mois avant la date localement favorable à la sortie des adultes (papillons).th

th-3

Nuisances

Etant donné que la chenille processionnaire se nourrit des aiguilles de pins, elle provoque une défoliation et un affaiblissement important des arbres.

En zone d’habitation, la présence de nids sur les pins pose, outre l’aspect inesthétique des arbres atteints, un important problème de santé publique. Elles libèrent dans l’air leurs poils urticants, particulièrement lors de leurs déplacements, et ceux-ci demeurent virulents plusieurs mois après la disparition des chenilles, notamment dans les nids anciens.

Très allergènes, les poils sont responsables, chez l’homme comme chez les animaux, de réactions plus ou moins violentes, selon la sensibilité de chacun :

  • Plaques rouges, cloques, démangeaisons intenses et sensation de brûlures, qui peuvent durer quelques heures ou quelques jours,
  • Paupières rouges et enflées, atteintes du globe oculaire
  • Allergies violentes pour les personnes présentant des difficultés respiratoires
  • Chocs anaphylactiques dans les cas graves
  • Chez les animaux, chiens et chevaux sont les plus vulnérables. Les poils urticants peuvent provoquer des nécroses allant jusqu’à la perte de la langue.

 

Méthodes de lutte

  1. Echenillage: enlever les nids en coupant les branches porteuses à l’aide d’un sécateur ou d’un échenilloir. Il faut ensuite les incinérer immédiatement. Les nids, même vides, restent porteurs de poils urticants. Il convient donc de vous protéger au maximum (vêtements étanches, foulard, masque, lunettes de protection et gants). Les mêmes précautions sont à prendre si vous récoltez et incinérez les chenilles lors de leurs processions.
  2. Piégeage: « écopièges » à poser avant le début des processions sur les arbres. Une collerette réglable, fixée autour du thtronc, et un tube de descente dirigent les chenilles vers un sac collecteur /destructeur. Ce système peut être associé à un piège à phéromone qui va permettre la capture des papillons mâles qui est le stade « adulte » de la chenille, réduisant ainsi la reproduction donc le nombre des futures chenilles.
  3. Lutte biologique: pulvériser sur les pins du Bacille de Thuringes, insecticide biologique sans risque pour l’environnement et la santé humaine ou animale. Ce produit détruit le système digestif des chenilles qui l’ingèrent en même temps que les aiguilles. Il doit donc être appliqué pendant qu’elles consomment en grande quantité (de septembre à mi- décembre au plus tard).
  4. Prédateurs: la mésange et le coucou.

Récapitulatif

En toutes saisons, enlever les nids en coupant les branches porteuses et en les brulant immédiatement; et encourager la présence des mésanges.

Janvier: placer les écopièges autour des troncs. (action de Janvier à fin Mai)

Mai : placer les pièges à phéromones pour capturer les papillons. (dure jusqu’à fin Septembre).

Septembre à Décembre, pulvériser  sur les arbres atteints le Bacille de Thuringes.

Plus d’informations sur: France Chenilles

Réglementation

Localement, la lutte contre l’insecte peut être imposée par arrêté préfectoral ou municipal. En tout état de cause, la lutte sous ses différentes formes (mécanique, biologique, chimique) est beaucoup plus efficace quand elle est réalisée par un grand nombre de personnes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *